top of page

Agenda WYL | Janvier 2023


Hello hello ! Nouvel an, nouvelles expositions et sorties culturelles à prévoir ;)

En espérant que vous avez passé des très belles fêtes et/ou vacances, Wasanii Ya Leo vous a concocté un petit agenda pour commencer l'année en beauté ✨!

 


Jonathas De Andrade, O Peixe, 2016

Jonathas de Andrade, O Peixe Où ? Collection Pinault-Bourse de Commerce Quand ? Du 20 janvier au 15 mai 2023







Hicham Berrada, Présage, 2018

Hicham Berrada, Présage

Où ? Collection Pinault-Bourse de Commerce

Quand ? Du 11 janvier au 4 septembre 2023






La Collection Pinault ouvre une nouvelle saison d’expositions en début d’année autour du lien entre l’être humain et son environnement naturel. Parmi les oeuvres et installations qui débutent en janvier, nous avons choisi de vous recommander la vidéoinstallation “Présage” d’Hicham Berrada et la projection du film “O Peixe” de Jonathas Andrade.


Présage est une installation immersive qui plonge le spectateur dans un univers visuel en mutation constante. Un paysage onirique se forme suite à des réactions chimiques filmées, des formes et couleurs, spores et filaments, apparaissent pour nous proposer un spectacle poétique.


O Peixe documente un rituel mené par les pêcheurs du Nordeste brésilien au moment de la capture du poisson. Inventé par l’artiste, le rituel est capté selon les codes du film ethnographique. L'œuvre évoque les relations entre humains, nos liens à la nature, ainsi que “la violence déguisée en bienveillance au sein d’un système de domination où les humains règnent en maîtres.”




 


Luis Carlos Tovar, Jardín de mi padre, 2021, installation photographique, La Graineterie (détail)

Contre-souvenir, Luis Carlos Tovar

Où ? La Graineterie à Houilles

Quand ? 21 janvier - 11 mars


La Graineterie organise la première exposition personnelle de l’artiste Luis Carlos Tovar dans un centre d’art en France. Artiste et éducateur de formation, Luis Carlos interrogue les déplacements forcés et les géographies en mutation avec sa pratique artistique. La série “Jardín de mi padre”, tentative de reconstitution de l’histoire de son père enlevé par les FARC et forcé d’errer dans la forêt amazonienne, est le point de départ de cette collaboration. L’Exposition sera l’occasion pour l’artiste d’explorer “des sujets environnementaux et d'interroger en creux la manière dont les mémoires personnelles façonnent la mémoire collective”.




 


JP Mika

Constellation, Group Show

Où ? Magnin A

Quand ? 21 Janvier - 18 Mars 2023


La galerie MAGNIN-A accueille le 2023 avec une constellation artistique du continent africain. Elle propose un dialogue entre 23 artistes issus de générations et d’horizons différents, avec 50 oeuvres, entre pièces historiques et oeuvres inédites récentes (1930-2022).


“L’occasion de découvrir les dernières toiles de JP Mika, Amadou Sanogo, Chéri Samba et Houston Maludi et les tissages colorés d’Ana Silva répondant aux délires mécaniques d’Abu Bakarr Mansaray ainsi qu’aux dessins poétiques de Frédéric Bruly Bouabré, ou de Marcel Miracle, énigmatiques. Les sculptures foisonnantes de Seyni Awa Camara veillent sur les images iconiques de Malick Sidibé, Seydou Keïta, J.D. 'Okhai Ojeikere et Jean Depara. Tandis que les masques-bidons de Romuald Azoumé se mêlent aux peintures de Moké et aux sculptures de John Goba. L’accrochage sera également ponctué des œuvres de Cyprien Tokoudagba, Estevão Mucavele, George Lilanga ainsi que d’étonnants clichés du Studio Sandy montrés pour la première fois !”.




 


Alireza Shojaian, Sous le ciel de Shiraz, Arthur, 2022

Habibi les révolutions de l’amour

Où ? L’Institut du Monde Arabe,

Quand ? 27 septembre 2022 - 19 février 2023


Pour ceux et celles qui n’ont pas encore eu l’occasion de visiter cette magnifique exposition, nous vous rappelons qu’il est toujours possible ! Vous avez encore un mois tout entier pour passer jeter un coup d’oeil aux oeuvres et artistes présenté.e.s.


Pour rappel : L'Institut du monde arabe présente une exposition autour des identités LGBTQIA+ qui vaut le détour. Ces productions reflètent les luttes qui se jouent dans le monde arabe pour pouvoir exprimer librement son identité de genre et sa sexualité. Les artistes participent à leur manière à ce mouvement. Dans un monde où la présence des LGBTQIA+ n’est pas toujours acceptée, voire sanctionnée, vous découvrirez les territoires explorés par ces artistes : l’intime, le quotidien, le rapport au corps, l’engagement. L'exposition porte aussi sur l’émancipation individuelle, la liberté des corps, la liberté d’exister dans sa différence et de la liberté d’aimer. En cela, les artistes exposés dépassent les genres, et touchent à l’universel.




 
Jo Rogge, Devilish Durban

Artistes Textiles d’Afrique du Sud, Porte-drapeaux des femmes et de la communauté LGBTI - Exposition collective

Où ? Galerie Christophe Person - 39 rue des Blancs Manteaux

Quand ? Du 20 janvier au 18 février 2023

Expression figurative / abstraite - Travail de l’intime / de l’archive


En partenariat avec la galerie sud africaine GUNS & RAIN créée en 2014, la toute jeune galerie Christophe Person présente une exposition engagée autour du travail des médias textiles et leur lien avec les questions de genre. L’exposition propose deux mises en regards, d’une part l’expression figurative face à l’abstraction avec les oeuvres de Sizwe Sama et Bev Butkow, puis le rapport entre le travail de l’intime et celui de l‘archive à travers les oeuvres de Hannah Macfarlane et Jo Rogge.


Sizwe Sama utilise les compétences de couturier apprises de sa mère pour créer des patchworks grâce à des chutes de tissus provenant de sa propre garde-robe ou qu’il a récupérées. Ses œuvres sont des manifestes d’entraide pour la communauté LGBTI. Bev Butkow réalise de son côté des œuvres abstraites tressées à partir de coupons textiles et de plastique. Elle propose une réflexion sur le genre et sur l’éthique du “Care” supportée par les femmes.


Utilisant la technique artisanale ancienne “du feutrage humide”, Hannah Macfarlane crée des formes ambiguës et bulbeuses à partir de fibres recyclées ou sourcées auprès d’éleveurs. Son processus créatif est comme une méditation. Quant à Jo Rogge, il travaille à partir des cartes marines de son père pour créer ses propres cartographies intimes et remettre en question les frontières imposées.



 


Francklin Mbungu

Les années Funky, Francklin Mbungu et Malick Sidibé

Où ? Galerie Art - Z - 27 rue Keller, París 11ème

Quand ? Du 14 janvier au 11 février


La galerie met en dialogue les œuvres de Francklin Mbungu avec celles de Malick Sidibé. On ne présente plus Malick Sidibé, photographe portraitiste malien et une des figures majeures de la photographie africaine. Francklin Mbungu est un artiste autodidacte kinois (Réplublique Démocratique du Congo) assemblant des couches de papier pour créer des œuvres pleines de peps. Son travail est très marqué par l'esthétique des soixante-dix. Retrouvez l’ambiance des années 1970 en noir et blanc avec les tirages vintages d’époque de Malick Sidibé et les tableaux-collages de Francklin Mbungu. Une exposition pour vibrer au rythme du Swing et de la Rumba, pour explorer Kinshasa et Bamako durant les années Funky !



63 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page