COMMISSARIAT D'EXPOSITION 

Geordy Zodidat Alexis, MAS - PROPAGATION

Exposition du 7 décembre au 12 janvier 2019, Mémoire Vivante, Paris

La ligne se dévloppe, le mouvement se propage. Les figures hybrides qui peuplent les oeuvres de Geordy Zodidat Alexis sont en pleine mutation. "Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme" (Antoine Lavoisier, chimiste XVIIIe siècle). De la chimie des éléments aux produits chimiques puis à l'alchimie des couleurs, le lien se tisse et se prolonge.

Inspriré du scandale du chlordécone, la série "Mas" dresse une cartographie subjective entre traditions caribéennes et fléaux de l'agriculture intensive. Le chlordécone est un insecticide hautement toxique utilisé notamment dans les bananeraies en Guadeloupe et en Martinique de 1972 à 1993, alors même que les dangers de ce perturbateur endocrinien étaient connus des autorités depuis 1976. Insecticide éco-toxique persistant, il a contaminé les sols et l'eau pour plusieurs siècle. La pollution s'est aussi transmise à la population, entraînant une forte augmentation du nombre de cancers ces dernièers années aux Antilles.

Le titre de l'exposition "Mas - Propagation" évoque cette contamination, qui a finit par atteindre l'homme jusque dans son esprit .

Loin d'être pessimistre ou défaitiste cette série porte une démarche active, une recherche de purification. Les motifs s'unissent et esquissent un mantra, une tentative de laver la terre et les hommes par le rituel.

Rafiy Okefolahan, "Boza ! Une fin, un début ..."

Exposition du 1er au 30 juin 2028, Espace Ochola, Bruxelles

Boza !  Boza ! Boza !

Les voix résonnent dans l'air, un cri de victoire. Boza ! Tous les migrants de Libye, du Maroc, de partout connaissent cette clameur, comme un rugissement de joir d'avoir réussi, d'avoir atteint la terre promise si souven espérée, si souvent fantasmée. Soulagés d'être arrivés vivants de l'autre côté de la mer. Guidés uniquement par l'espoir d'une vie meilleure, d'une existence dans la dignité, des milliers d'hommes et de femmes tenten de rejoindre l'Europe par la Méditerranée. L'espoir est un maître impérieux qui interdit de penser au retour et qui emporte les êtres dans un absolu et irrévocable mouvement en avant.

Figeant l'instant merveilleux du soulagement et de la libération, Rafiy Okefolahan exprime dans ses toiles l'euphorie d'être, enfin, arrivés quelques part.

Et si le voyage était aussi intérieur ? Les oeuvres de Rafiy Okefolahan invitent à une réflexion intime sur le rapport à l'autre, à son existence, à son chemin.

Traverser les frontières, aller à la rencontre de l'humain, célébrer ces parcours de vie par la couleur, c'est ce que fait l'artiste à travers ses tableaux. Les couleurs sont messagères d'émotion. Une émotion spontanée qui semble jaillir. Cléophée Moser écrit que chez Rafiy Okefolahan ; la peinture naît d'un geste et non d'un dessein". C'est le geste du créateur, de l'artiste démiurge qui fait naître tout un monde par son art. Le peintre danse avec la couleur. Il lui donne forme et vie. Elle devient matière par le travail de la touche, les empâtements et l'association de plusieurs techniques : peinture acrylique, pastel gras et pigments fusionnent dans une puissante symphonie mémorielle. La toile est une partition de formes et de couleurs, le témoin d'une histoire lue, vue ou entendue.

© 2018 par WASANII YA LEO. Créé avec Wix.com

logo wyl couleur.png
  • Noir Twitter Icon
  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon
  • Noir LinkedIn Icône

25 rue Émile Zola, 94800, Villejuif